Ce site est optimisé pour les standards Internet mais il reste accessible à tous les navigateurs Internet

 

Si vous souhaitez déposer un article une brève, votre mémoire ou toutes autres contributions personnelles concernant le droit des NTIC.

Juristic vous propose d’utiliser le formulaire de dépôt d’articles sur ce lien : Formulaire de soumission

La mise en ligne de votre contribution se fera après consultation par nos rédacteurs sous réserve qu’elle corresponde à notre ligne éditoriale.


Vous êtes ici : Actualités TIC - NTIC > Propriété Intellectuelle > Brevetabilité des méthodes commerciales :

Brevetabilité des méthodes commerciales :
la Cour d’appel de Paris dit non

par Legalis.Net - www.Legalis.Net
- vendredi 11 juillet 2003. vu par 4938 visiteur(s)
Popularité :(11)%
]

Dans un arrêt du 10 janvier 2003, la cour d’appel de Paris a considéré qu’un "procédé de commande électronique de produits auprès d’un centre de vente" ne peut pas être considéré comme une invention brevetable.

En l’espèce, il s’agissait d’une méthode commerciale visant à supprimer l’utilisation d’un lecteur de carte à puce lorsqu’un client passe une commande auprès d’un commerçant par le réseau téléphonique, dans le cadre de son identification et de la transmission des informations bancaires pour le débit de son compte. La Cour d’appel a estimé que le procédé revendiqué consistait donc à sécuriser une transaction commerciale sans obtenir d’effet technique qui ne pouvait donc pas faire l’objet d’une protection par brevet.

Cette décision, une première judiciaire en matière de brevetabilité des modèles dans le domaine des activités économiques en France, vient s’inscrire dans la droite ligne de la doctrine européenne notamment celles de l’Office Européen des Brevets (OEB) et de la Commission qui, dans sa proposition de directive sur la brevetabilité des inventions mises en œuvre par un ordinateur, vient elle aussi de réfuser la brevetabilité des business models laquelle est acceptée aux Etats-Unis.




 
Votre site affiché ici